Si on ne veut pas voir son intérieur se démoder trop vite mieux vaut jouer la carte de l’esprit minimaliste. Ce qui ne veut pas dire pour autant absence de décoration. Bien au contraire. Le fait qu’une pièce soit épurée permet de mieux mettre en valeur les matières et les objets. 

Dans la mode on s’entend dire qu’il faut oser le décalage : par exemple porter des ballerines argentées avec un jean même pour aller travailler. Les paillettes ne sont pas réservées aux soirées people ! Et bien pour donner à son intérieur du caractère, c’est un peu la même démarche. La décoration ne peut être mise en valeur que dans un espace sobre.

Pour mon appartement j’ai choisi de tout miser sur le blanc pour la teinte des murs. Après avoir échangé avec le professionnel qui s’est chargé de la rénovation, j’ai appris qu’il existe beaucoup de nuances de blanc à partir desquelles un grand nombre de variations sont possibles.

Dorénavant les blancs se déclinent en intensité et en coloris. Souvent, en choisissant sa peinture, on ne prend pas le temps d’observer cette palette du nuancier. C’est une erreur. On se dit « je veux des murs blancs ». Point final. Pourtant, dès cette étape, à partir d’un coloris qui pourrait paraître des plus banal, on peut déjà personnaliser son intérieur. J’ai donc opté pour un blanc mat légèrement bleuté pour les murs et pour un blanc laqué franc pour tout ce qui est plafond, corniches et boiseries (portes et encadrements de portes.) Aussi léger soit il ce contraste apporte un certain relief aux pièces.

DSC03508

 Petit aperçu des différences de teintes de blancs entre mur et boiseries.

Du coup j’ai souhaité mettre l’accent (et investir !) sur les luminaires. Là encore une envie de simplicité : des suspensions trop travaillées risquent de lasser assez rapidement. Et là encore une nécessité de cohérence de la mise en scène des objets : mieux vaut suivre un fil conducteur…

Mon fil conducteur a donc été l’ampoule : je n’ai choisi que des suspensions épurées mettant en valeur les ampoules par désir de transparence et de légèreté pour mon intérieur relativement petit.

DSC03264 

Le couloir tout en longueur se prête à une enfilade de trois luminaires identiques : j’ai laissé apparents les fils allant d’un luminaire à l’autre et j’ai choisi des ampoules design au filament torsadé de couleur orangé.

  

DSC03268

 
J’ai également pris l’option de laisser descendre relativement bas les luminaires.
 
 
DSC03498

 L’idée est de donner plus de caractère aux suspensions en exploitant leur allure épurée.

 

DSC03501

 

 Pour ma pièce principale, en guise d’appliques j’ai opté pour des créations d’Ingo Maurer et j’ai littéralement eu un coup de cœur pour le modèle Lucellino.

 

DSC03502

       Remplies de poésie ces appliques concentrent un assemblage de matières intéressant : verre, laiton, plumes d’oie et malgré leur design prononcé elles peuvent convenir à tout type d’intérieur en allant jusqu’à offrir un esprit décalé.

 

DSC03571

Pour ma chambre j’ai opté pour une simple ampoule que je laisse pendre relativement bas en bout de lit. Je dispose d’une pièce relativement exigüe, avec un mur de biais et mon lit est aux dimensions XXL. Du coup l’éclairage se doit d’être sobre et discret. J’ai aimé l’aspect épuré de cette suspension où la douille en porcelaine joue l’effet de surprise en s’affichant comme la clef de voûte de l’esthétique de la suspension. Un détournement ludique tout en finesse. Cet achat a été pour moi l’occasion de découvrir le designer Alessandro Zambelli pour la marque Seletti. Une pure merveille. Je reviendrai en parler dans un billet qui lui sera entièrement consacré.

 

DSC03506

 Ici enfin une ampoule over size et le détournement d’une applique pour abri de jardin (Alinéa) qui joue l’invitée surprise dans ma salle de bain.  

 

Tout superflu est éliminé pour ne garder que l'essentiel. Un retour à la simplicité, à l’espace, en cette époque de surconsommation: " Less is more " !